EasyRPG, un clone libre de RPG Maker 2000/2003

Rédigé par Kazhnuz -

RPG Maker 2000 et 2003 sont très connu des créateurs amateurs, parce qu'ils ont été les logiciels de créations de RPG les plus populaires, avant l'arrivée de RPG Maker XP et de son langage de scripting basé sur le Ruby, le RGSS. Malgré ses limitations, RPG Maker 2003 était très apprécié parce qu'il était simple à utiliser et permettait de faire des jeux vraiment sympa. Parmi mes préférés, il y a le très sympathique Chocobo Panic Space, un clone de Pacman vraiment très réussi, et qui pousse bien plus loin le concept avec pas mal de petites idées sympa.

EasyRPG est une réimplémentation libre de RPG Maker 2000 et 2003. Son player est disponible sous Linux, Android, Mac et Windows, mais également sous des plateformes telles que la Nintendo Wii, la Pandora, la 3DS... et sur navigateur via HTML5/JS !

Le projet n'a pas encore de version stable, que ce soit dans la création du logiciel de création (deux logiciels officiel sont en cours de création, l'un écrit en vala et utilisant GTK, et un autre écrit en C++ et utilisant Qt5), dans la création du player ou des RTP. Cependant, le projet est encore en vie et avance bien. La dernière version est la version 0.5 sortie en septembre dernier. La compatibilité s'améliore, et il ne faut pas hésiter à tester des jeux pour pouvoir aider en montrant là ou son les soucis d'implémentation :)

On peut tester ici la compatibilité de EasyRPG.

Je trouve que c'est un projet vraiment sympa, notamment pour assurer la préservation et la compatibilité d'une partie des créations amateures qui ont été faites depuis des années. Et je comprend qu'ils aient préféré se pencher sur les version 2000 et 2003 : Elles sont bien plus populaire que RPG Maker 95, et n'ont pas le besoin de réimplémenter entièrement le RGSS que demanderait un portage des version plus récente d'RPG Maker.

Perso, ce que je trouverais génial ce serait une fois qu'il a atteint une version stable, un portage de EasyRPG Player en tant que noyeau libretro (comme cela a été fait pour Doom, la version opensource du moteur de Cave Story, etc). Cela permettrait de jouer grâce à libretro à tous les jeux RPG Maker 2000 et 2003 sur des consoles comme lakka.

Ce serait vraiment cool :)

Aucun commentaire - Classé dans : Non classé - Mots clés : aucun

Ajoutez une palette d'actions à vos applications GTK3 avec Plotinus !

Rédigé par Kazhnuz -

Plotinus est un module construit pour GTK3 qui permet d'ajouter une palette d'action, à la manière du HUD de Unity, ou les palettes de commandes d'Atom et Sublime Text. Il va chercher dans les menus du logiciel et ses raccourcis claviers les différentes actions, ce qui le rend plus efficace que le HUD pour les applications GNOME3 qui n'ont pas de barre de menu classique. Il ne marche cependant pas avec les applications autre que GTK3.

Plotinus en action

Il s'active avec la combinaison Ctrl + Shift + P, et vous pouvez taper le nom de l'action pour trouver l'action dans la liste. Le raccourcis n'est cependant pas modifiable sans recompiler le logiciel.

Pour l'installer sous une distribution basée sur Ubuntu.

sudo add-apt-repository ppa:nilarimogard/webupd8

sudo apt update && sudo apt install libplotinus

Pour lancer une application avec Plotinus, et avoir accès à toutes ses fonctions sur votre application GTK3, vous devez lancer l'application de la manière suivante :

GTK3_MODULES=/usr/lib/x86_64-linux-gnu/libplotinus/libplotinus.so <nom de l'application>

Pour l'utiliser de manière globale, vous devez rajouter aux fichier /etc/environment la commande suivante à la fin du fichier afin de charger le module pour toutes les applications.

GTK3_MODULES=/usr/lib/x86_64-linux-gnu/libplotinus/libplotinus.so

Voilà, maintenant, vous pourrez chercher rapidement les actions de toutes vos applications GTK3 :)

Source : Webupd8

Aucun commentaire - Classé dans : Logiciels Libres - Mots clés : GNOME

Une semaine de Trump, et c'est déjà le foutoir.

Rédigé par Kazhnuz -

Ce qu'on entendait souvent avant l'éléction de Trump, c'était le fameux "nan mais il ne va pas pouvoir faire des mal, les institutions démocratiques l'empêcherons de faire ses conneries"... Et bien, semblerait que non. Dès la première semaine, il a mis le paquet. Plutot que de faire un gros article et tout, je vais juste faire une liste non-exhaustive de trucs qu'il a fait, pour bien montrer pourquoi on avait peur, et pourquoi non, il ne va pas "améliorer" les choses.

Une semaine de trump, c'est :

  • Il prépare la suppression de la "Obamacare", la loi qui permettait à des tas d'américains d'avoir accès à une assurance maladie. Aucune surprise là dessus, c'est surtout que ça va être très dur pour les bénéficiaires...

  • Idem pour l'immigration et le mur à la frontière : Il prépare bien tout ça. Il était cependant toujours persuadé que le Mexique va se plier, étant même allé jusqu'à dire que s'il ne voulait pas payer, le président Mexicain pouvait "annuler sa visite". D'ailleurs, il semblerait que le président Mexicain ait annulé sa visite et que le président américain ai comme projet de financer le mur avec une taxe sur les importation mexicaine.

  • La suppression des pages relatives au changement climatique, aux droits civiques, aux LGBT, des handicapés et aux Natives Nations.

  • Un décret supprimant le financement des ONG qui soutiennent l'IVG (interruption volontaire de grossesse). Très étrangement, ce décret a été signé qu'en présence d'hommes... Les Pays-Bas ont réagit en lançant un fond international pour ces associations.

  • Les oléoducs ont été approuvés, le forage des gaz de schistes aussi. Parce que l'environnement aussi, il en a rien a faire.

  • La censure des grandes agences scientifiques, qui ont dû créer des comptes twitters alternatifs pour organiser une "résistence scientifique". Numérama maintient une liste pour s'y abonner plus facilement. Peut-être que tout ceux qui parlent de "censure" quand il y a un consensus scientifique sur un sujet apprendront peut-être avec ça ce qu'est une vrai censure... ?

  • Il veut établir une liste des crimes (et délit, puisqu'en anglais on utilise le mot crime aussi pour les délits) commis par toutes les personnes d'origines étrangères dans le pays. Une bonne méthode de manipulation et de chercher des boucs émissaires, en equivant rapidement le fait que les crimes ont des tas de sources multiples. Un bon exemple classique à cela est celleux qui sortent la réthorique des « étrangers qui violent les femmes blanches », en ommettant de dire que la plupart des viols sont commis par quelqu'un de proche que connait la victime. C'est pourquoi on peut utiliser une information pour désinformer : quand elle est partielle, il est possible de déformer la réalité en en montrant qu'une partie.

  • Dans ses ordres sur la "sureté publique", il demande explicitement à toutes les agences fédérales que leurs politiques de respect de la vie privée exclue les non-américains et les résidents permanents des protections offertes par le Privacy Act. Si par défaut ces protections ne concernaient que les citoyens américains, des agences les avaient étendues à tout le monde.

Cela nous prouve une chose : On avait de bonne raisons de redouter cette éléction. Nous avons ici des exemples d'atteintes à la liberté d'expression et d'informations, aux droits des femmes et des minorités, à la vie privée et à l'environnement. Je suis assez sidéré que des gens qui se disent "anti-impérialistes" sont près à le soutenir alors qu'il montre à quel point il est près à s'attaquer aux libertés civiles, et à quel point il l'avait déjà dit. D'ailleurs, récemment il a dit que Chelsea Manning n'aurait jamais dû être libéré de prison (rappellons aussi qu'il avait dit que lui président, Snowden aurait été ramené aux US en quatrième vitesse).

Cependant, il ne faut pas se contenter de faire ce constat, mais plutot réfléchir à ce que cela veut dire. Ici, je vais parler plutot de comment nous, qui ne sommes pas citoyens des Etats-Unis pouvons réagir. Certaines de ces idées peuvent être faites par des citoyens US, mais ne parlera pas à leurs soucis les plus urgents.

On peut voir déjà des réactions aux actions de Trump, ce depuis son arrivée : L'Internet Archive avait réagit en déclarant dupliquer ses données au Canada (même si j'espère qu'il vont rendre redondant leurs informations à travers plusieurs pays). Les comptes twitters non-officiel fonctionnent en cachant le nom de ceux qui le font pour les protéger de l'administration Trump. La réaction des Pays-Bas face à sa suppression des aides pour les associations soutenant l'IVG est très saine. En créant un fond international, on s'affranchit des Etats-Unis dirigés par Trump. Il faut espérer que d'autres initiatives du genre se forment.

On remarque un point commun dans ces trois décision : Il s'agit de faire en sorte de ne pas trop déprendre de l'administration de Trump voir des États-Unis, afin d'essayer de baisser l'influence que la politique de Trump pourrait avoir. Evidemment, dans le monde mondialisé qu'on a aujourd'hui, on ne peut pas éviter à 100% la politique de Trump. Cependant, il est possible d'éviter de trop trop dépendre de ces humeurs. D'une certaine manière, on revient à la question du status d'hyperpuissance des US.

Sur les questions de censures et de vie privée, je pense que c'est là que des projets tels que Dégooglisons Internet et que la communauté scientifique internationale peuvent permettre de réagir : Il est possible de décentraliser les données, d'éviter de nous rendre trop dépendant de silos, et des risques de censures. Comme on a proposé l'utilisation des réseaux sociaux décentralisés et du logiciel libre comme moyen de combattre la censure et la surveillance en Turquie ou en Russie, cela peut aussi permettre de la combattre aux US.

Cependant, il faut se rendre compte que ce n'est qu'une partie du soucis. Mais on peut déjà faire quelque chose sur ce point-là.

EDIT au 30/01/2017 : Et maintenant on a le MuslimBan. Les résidents de sept pays musulmans ont été interdits d'accès à l'entrée aux Etats Unis. Une décision est purement pour aller dans le sens du poil des bigots, puisque certains pays dans lesquels les US ont des intérêts économiques. Trump sacrifie les réfugiés (et toute la communauté musulmane au racisme qu'il amplifie de par sa recherche de boucs émissaires à tous les problèmes du pays) sur l'autel de la bigoterie.

Aucun commentaire - Classé dans : Tribunes, Internet Libre - Mots clés : US, Trump, Politique

Dash-to-Panel, une extension pour avoir un panneau à la Windows 10 sous GNOME

Rédigé par Kazhnuz -

Si GNOME à le défaut d'être très peu configurable par défaut, il possède un système d'extension très puissant, qui permet de faire des tas de modifications au bureau. Avec sa version 12, le système d'exploitation Zorin à montré cela en basant son bureau sur GNOME Shell, et avec une série d'extension transformant le shell pour ressembler par défaut à un Windows 7~10, mais pouvant le faire ressembler à un tas d'autre bureaux différents (Mac, Unity, Windows Classic, etc).

Le projet étant libre, son code est accessible à tous, et modifiable par tous. C'est en vertu de cela que le zorin-panel, l'extension créant le panel a été forké afin de créer dash-to-panel et de fournir la possibilité d'avoir une interface avec une barre de tâche sur l'écran, plus proche de celle d'un Windows moderne pour Gnome.

capture de la barre de tâche

Les fonctionnalités affichées sont :

  • Déplace le Dash (qui affiche les applications actives et favorites) dans le panel principal (la barre du haut)

  • Control de la position du panneau (en haut ou en bas) et sa taille.

  • Les indicateurs incluent le comptage des fenêtres, qui peut être positionnées en haut ou en bas du panneau.

  • Preview des fenêtres ouvertes quand on passe la sourie sur l'icône de l'application

  • Configuration de la localisation de l'horloge

  • Retrait de l'icone "afficher les applications" du dash

  • On peut cacher le bouton "activités" du panel

  • Isolation des applications actives dans les espaces de travail

  • Assignation des comportement de clic (lancer une nouvelle fenêtre, passer d'une fenêtre ouverte à une autre, minimiser, etc)

  • Assignation de la police, de la taille des icones et de marges aux icones du dash, aux icones de status et aux éléments de la barre de tâche.

La barre de tâche ne comporte pas par défaut le menu à la Windows 7 de Zorin OS. Cependant, étant donnée que la barre de tâche se fondre sur la barre déjà présente dans Gnome 3, l'extension est compatible avec un tas d'autres extensions Gnome, tels que Dynamic Panel Transparency, Hide Top Bar, Gno-Menu, etc. Il est également compatible avec les thèmes Gnome-Shell.

Si vous voulez quelque chose qui ressemble encore plus à Windows 10, vous pouvez rajouter à cela le Windows 10 Transformation Pack :)

Aucun commentaire - Classé dans : Logiciels Libres - Mots clés : GNOME

Un nouveau system de "content warning" pour Mastodon

Rédigé par Kazhnuz -

Mastodon, l'implémentation alternative de GNU Social continue d'étendre le protocole afin de permettre des nouvelles possibilités. Il y a quelques temps, un véritable système de blocage avait été implémenté (cependant GNU Social n'est pas (encore ?) compatible avec cet ajout, ce qui en fait une grosse limite), ce qui permettait de bloquer les comptes indésirables (une fonctionnalité qui serait bien sur Diaspora*).

Récemment, la nouvelle fonction implémenté par Blackle est un système de content warning : Vous pouvez masquer le contenu du post et indiquer pourquoi ce contenu est masqué. Cela rend ce système très flexible, parce que comme vous indiquez pourquoi vous le masquer, il peut servir aussi bien pour des spoilers d'oeuvres, pour des triggers warnings (le fait de prévenir quand le contenu d'un post est sur un sujet qui peut être dur pour des personnes, par exemple celleux qui ont subit un traumatisme), ou des contenus Not Safe For Work. Une vidéo du système (lorsqu'il était encore en développement) en action.

C'est donc un petit ajout très intéressant, et c'est le genre d'initiative qui aide des réseaux sociaux à devenir des espaces plus sains :)

Aucun commentaire - Classé dans : Logiciels Libres, Internet Libre - Mots clés : Mastodon