Construire de meilleurs futurs

17 minutes

Le dimanche 7 juillet, nous avons évité le pire. Le RN n’a pas réussi à avoir ne serait-ce qu’une majorité relative à l’assemblée nationale. Grace aux desistement (le NFP ayant eut une ligne plus claire que le gouvernement qui a joué aux Ni-Ni) et surtout aux travail des militants NFP pendant ces 3~4 semaines de stress et d’angoisse, on a réussi à balancer le RN à la troisième place.

Cela nous à accordé un répis bien mérité, dont on avait bien besoin. On a pu se reposer, cette nuit, parce qu’on a évité le pire, d’avoir un connard néo-fasciste en premier ministre.

Cependant, il est temps de commencer le véritable travail de fond. De préparer pas juste 2027, mais de préparer le futur. Parce que le RN a encore réussi à obtenir 143 députés, ayant gagné presque 60 députés. Même si dans de nombreux endroits la majorité de la population refuse le fascisme et la haine du RN, il a réussi à être attractif dans de nombreux endroits.

Le but de cet article n’est pas de tomber dans le doom-thinking, au contraire : on a éviter le pire, et on a le répit nécessaire pour commencer à construire de meilleurs futurs.

Comment on en est arrivé là ?

De nombreux articles parlent de la montée de l’extrème droite, et de comment c’est arrivé. On a souvent tendance à vouloir chercher “un” coupable, mais c’est une conjonction de phénomène (même si pour moi y’a une personne en France dont l’action à fait pire que les autres).

Cette situation, cette montée du fascisme est du à un certains nombre de phénomènes :

  • La première est le racisme et la haine qui s’est décomplexée en France, ce depuis la transformation de l’UMP par Nicolas Sarkozy, l’arrivée de “la droite décomplexée” qui est ce qui a étendu un premier tapis rouge aux idées du FN/RN. Cela a été amplifié par le fait que leurs idées ont aussi été reprise par des ministres “centristes” comme Darmanin voir supposément “de gauche” comme Manuel Valls (même si tlm sait qu’il n’est pas de gauche lol).
  • Les media ont donné la part belle aux idées du RN, et à Zemmour qui leur sert en grande partie à ouvrir la fenêtre d’overton.
  • Les média et les politiques qui ont constamment tapé sur les gauches véritablement social-démocrates (contrairement au PS qui s’était dirigé vers du social-libéralisme centriste) en les qualifiant “d’extrème-gauche” alors que y’a 30 ans c’était le genre de programme qu’on avait habituellement à gauche. Cela a entrainé une véritable droitisation de la société qui a profité à l’extrème-droite.
  • L’extrème-droite à construit tout un réseau de comptes de réseaux sociaux et de sites web actifs, notamment des sites web destinée à se faire passer pour des sites justes d’informations locale qui déverse leur propagande à tour de bras. De plus, ils occupent énormément l’espace numérique à coup de bots ChatGPT et de comptes faux-nez. Le tout est amplifié par le fait qu’un des réseaux sociaux, Twitter, a été racheté par un milliardaire d’extrème-droite.
  • L’empire Bolloré leur offre des média dédié, un milliardaire met en oeuvre sa fortune pour qu’ils arrivent au pouvoir. Cela leur fournis entre autre une chaine généraliste, une chaine d’info en continue et une chaine de radio.
  • Et à côté de cela, la gauche est souvent divisé, subis les effets des propres tendances oppressives de sa société qui existent aussi dedans (l’antisémitisme de gauche existe, et on doit le combattre dans nos groupes. Idem, le validisme est giga présent à gauche. Mais les autres oppressions y sont aussi présente - ce n’est juste pas carrément dans les programmes de nos groupes contrairement à pour le RN). Combiné aux luttes intestines (dont j’ai aucun doute qu’elle vont reprendre), c’est un de nos plus gros boulets au pied.

Et il faut se dire un truc. Malgré tout ça, malgré tout les média qui ont tapé sur le NFP, malgré le fait qu’Ensemble n’ai accepté de se désister que là ou il y avait pas des LFI leur faisant trop peur (là ou le NFP s’est toujours désisté en troisième place)… on a gagné le plus de député. Il ne faut pas se leurrer : on était qu’en deuxième place au premier tour, et on est le premier groupe parce que le LR ne s’allie ni à ensemble, ni au RN (ce qui peut changer d’ici 2027).

( Ce qu’il faudrait c’est déplateformer CNews, surtout avec ses nombreux agissement illégaux, non-respect du pluralisme, et même création de site de diffamation. Malgré le fait que l'Arcom ré-auditionne toute les chaines pour attribuer les 15 fréquences TNT, j'avoue que j'ai du mal à croire à que CNews et C8 ne soient pas renouvelée (même si je l'espère). )

Mais alors que toute la puissance médiatique nous tape dessus à longueur de journée, qu’on a pas un milliardaire ayant racheté un média généraliste pour en faire une machine de propagande, on a pu monter aussi haut.

Le temps de la réflexion

Je pense qu’il est maintenant temps de réfléchir au futur à deux nouveaux. Premièrement d’un côté du NFP, qui doit réfléchir à sa suite. Rendre ce genre d’alliance plus perenne, parce qu’un de nos soucis est que nos nuances sont séparés en plusieurs partis, plutôt que d’être allié dans un bloc, ce qui serait pas un soucis si ces partis ne se disputaient pas régulièrement.

Je pense cependant que la méthode de tout réunir avec un soutiens inconditionnel à notre chef n’est pas la bonne méthode. Je pense qu’il faut garder la possibilité d’avoir des groupes de nuances différentes, mais cependant institutionnaliser des manières différentes de choisir les candidats, les portes paroles, etc.

Déjà parce que je pense qu’il est temps pour Mélenchon de prendre sa retraite. Pas vraiment “contre lui” (même si j’ai des soucis avec certaines de ses tendance genre “le chef c’est moi”), mais ici plus parce qu’avoir une “tête” comme ça est pas forcément notre points fort, je pense qu’il faudrait des processus plus démocratiques dans la LFI et le NFP en général.

J’espère vraiment que pour 2027, le NFP :

  • Réussira à survivre et faire une candidature commune
  • Construira un programme commun par création de groupes de travaux entre les membres des différents partis, cherchant autant que possible le consensus (ce qui veut dire faire des compromis, par exemple trouver le meilleur compromis sur la division qu’il y aura à propos du nucléaire)
  • Élire son candidat à la présidentielle avec une primaire des gauches, et le tout en voyant ce candidat

Je pense que le NFP devrait faire monter un aspect “on a des experts sur de nombreux sujets” montrant et faisant parler des militants économistes sur les parties économiques, mettant des écologistes sur les sujets écologiques, des gens venant de l’enseignement pour l’éducation, etc (tout en ayant quelques têtes charismatiques pour attirer).

A côté de cela, le NFP doit aussi s’améliorer sur les questions d’oppressions, notamment sur l’antisémitisme et le validisme.

Et je pense aussi qu’à notre niveau, au niveaux des militants ( même si personnellement je suis plus anticapitaliste que Soc-Dem, je suis bien plus d'extrème-gauche, mais le NFP est bien mieux que le reste de ce qu'on a xD ), on doit faire des choses.

Au niveau des militants

Je pense que la première chose qu’on doit faire en tant que militants gauchistes est de reprendre plus d’espace médiatique en ligne. Si on ne pourra pas gagner sur le front des chaines de télé (on a pas de milliardaire pour créer notre contre à la chaine de propagande CNews), on peut monter sur internet, et créer des outils pour diffuser nos propres idées, notre vision du monde.

Et c’est déjà un truc qui commence ! Même si l’adage “la vérité est payante, le mensonge gratuit” est toujours très présent puisque la plupart des média de gauche sont payant (ce qui se comprend aussi : on a pas les deniers de milliardaires pour ça, et de nombreux journaux de gauche sont souvent dans des situations financières compliquées), on a un réseau de journaux qui a monté, et on a un réseau militant actif. Durant cette campagne, les militants LFI et NFP en général ont construit pas mal de site

  • Le journal reflets.info, un media d’investigation qui a fait de nombreuses enquête essentielles sur les ingérences françaises au moyen-orient, a fait un site compilant les sorties haineuse des membres du RN.
  • D’autres sites ont été créé, étant même fait de manière libre et commune par le groupe Nouveau Front Populaire Decentraliés
  • les militant⋅es ont diffusé sur 24×36.art des visuels, qui ensuite ont pu être transformé en sticker et affiche.
  • De nombreux mèmes ont été partagé sur les réseaux sociaux également par les militant⋅es plus jeunes

Le tout avec un nombre de média “de gauche” qui commence à montrer. Cela doit pour moi être continué et augmenté, avec peut-être plus de petits sites “crowdsourcé” (c’est aussi à quoi sert celui-là, à fournir un point de vue de gauche - parmi tant d’autre - sur la technologie et le numérique), et encore plus de militantisme sur les réseaux sociaux.

Je pense notamment qu’il peut-être aussi intéressant de prendre le créneau des news locales, en créant des petits sites qui repartageraient les news autour de villes ou département, mais avec notre points de vue, notamment aussi pour montrer la vie associative et ce que permet notre monde (mais comme tout effort crowdsourcé, il faut des gens intéressés)

Parce que je crois que c’est le dernier point important : je pense qu’à gauche, on doit proposer un futur.

Proposer un futur

La colère est un outil politique utile, et une émotion importante parce qu’elle vient de notre refus d’accepter l’injustice. Cependant, je pense que la colère ne peut pas tout faire, et qu’il faut aussi expliciter le monde plus juste que l’on cherche. Quelle vie on peut offrir ?

On trouve déjà un peu de ça dans les programmes, qui en paraphrasant disent aux gens “imaginez ce que vous pourriez faire si votre SMIC montait et que cette source de stress partait” ou “imaginez ce que vous pourriez faire avec 3 heure en plus par semaine voir un jour en moins”. Quand on défend contre les oppressions, on se bat pour un monde ou justement les gens pourront mieux vivre leur vie sans être attaqués.

Bref, on offre déjà les éléments qui amèneront vers une vie meilleurs. Cependant, je pense qu’il est important d’aller encore plus loin dans cette construction d’un futur, en deux aspects.

Le premier est de montrer encore plus les façons différentes de vivre qu’on peut offrir, et de s’allier avec d’autres mouvements qui ont des visions un peu utopistes, et plus horizontales. Je pense notamment à s’allier plus au mouvement du logiciel libre et des communs, en montrant que la gauche offre du coup d’autres visions de l’art, de la technologie, et des visions plus ouverte sur le partage et les biens communs. Aussi, cela permettrait de booster la politisation du logiciel libre, pour contrer un peu les visions qui ne voit pas l’aspect politique d’émancipation par le numérique. ( et ça pourrait aider aussi à peut-être amené plus d’expert en accessibilité dans ces domaines, qui en ont bien besoin :’) ) Idem sur le plan tech : soutenir les alternatives à jeter les appareils, soutenir les alternatives à un internet trop centralisé. L’idée n’est pas de pousser les gens à vivre comme ça, mais de créer des liens. Cela doit être fait sans culpabiliser les gens utilisant Windows, Discord, etc.

Ici je prend l’exemple du numérique (parce que c’est mon domaine), et ces exemples précis ne doivent évidemment pas prendre une place trop immense. Cependant, je pense que ce genre de projet sert beaucoup à une chose : montrer qu’une vie alternative est possible, et peut faire partie d’un programme politique plus grand. Cela peut aussi permettre de montrer que ces modes de vie ne suffisent pas en eux-même à faire évoluer le monde. ( C’est d’ailleurs pour moi ce qui a toujours été la faiblesse du logiciel libre et de l’écologie non-politique : se montrer comme juste des “choix de vie” )

Le second aspect est qu’il nous faut reconstruire des utopies. La colère ne suffit pas parce qu’il faut aussi montrer un objectif. C’est ce que fait l’extrême-droite en montrant aux gens comme “objectif” un passé fantasmé, faux, qui est présenté comme la solution à tout leur soucis. Combiné à leur pointage de bouc-émissaires, c’est un outil très puissant qu’ils ont. C’est pour cela que je pense qu’on doit montrer des utopies. On doit montrer un monde qui fait envie. Un monde plus ouvert, ou les gens pourraient mieux vivre, auraient du lien, de la connexion. Et montrer une utopie ou tout n’est pas parfait, mais qui donne envie d’y vivre.

C’est ce que fait en partie le mouvement solarpunk, qui est un mouvement politique et artistique qui vise à construire de tel futur. Pour copier/coller wikipedia:

Le solarpunk (association des mots solar et punk) est un mouvement artistique et politique dérivé du cyberpunk qui encourage une vision optimiste de l’avenir à la lumière des préoccupations environnementales actuelles, telles que le changement climatique et la pollution, ainsi que des inégalités sociales.

Le solarpunk englobe une multitude de médias tels que la littérature, l’art, l’architecture, la mode, la musique et les jeux. Il appartient à la science-fiction et peut emprunter des éléments aux genres utopiques et fantastiques.

Je pense que ce genre de mouvement est important pour créer un espoir en un avenir meilleur, ce qui est un premier pas pour le construire. Si les seuls avenir qui sont montré sont dystopique, sombre et dangereux, alors le passé (surtout celui fantasmé et mensonger où tout était parfait tout le monde était poli) devient plus attirant. Il faut montrer que si on s’y met tous, on peut se construire un meilleur avenir. Pas un parfait, un ou on devrait quand même subir une partie de la crise climatique, mais un meilleur.

Montrer des meilleurs futurs (aussi bien à coup d’utopie que de simplement montrer ce que serait la vie avec des bonnes mesures de gauche de prises) est le meilleur moyen de donner envie. Et je pense aussi que montrer les résultats positifs qu’on eut des expérimentation sur le revenu de base, sur la semaine de quatre jour, montrer ce qu’apportent les villes de gauche, parler du positifs qu’on réussi à arracher à la droite… est important.

Conclusion

C’est un long article, sans doute assez brouillons, mais mon point est le suivant :

  • On a réussi à gagner de peu, mais les droites combinées (RN+LR+Ensemble) sont plus nombreuses que nous. On est le premier groupe en partie parce que le LR est un électron libre et ne s'allie ni au Centre, ni à l'ED.
  • Cependant, cela reste une victoire : on a réussi à être le plus grand groupe face aux centriste, la droite tradi et l'extrême-droite, et ce malgré le fait que tout les média quasiment tapaient sur l'union, et qu'on a pas un empire médiatique entier pour nous mettre en avant. Ce qui redonne beaucoup espoir.
  • On doit rester unis, on doit pérenniser l’union, construire des processus démocratiques pour éviter une nouvelle explosion des gauches qui détruiraient tout ce qu’on a commencé à construire.
  • On doit continuer de militer, on doit renforcer notre présence et la diffusion de nos idées.
  • En plus de militer contre la droite, on doit offrir des visions d’un monde meilleurs.

En plus de cela, j’ai un conseil pour toutes les personnes qui n’étaient pas trop politisées et qui ont rejoint durant la lutte de ces trois dernières semaines (et qui n’auraient pas déjà fait tout ça) : syndiquez vous, rejoignez vos groupes politiques locaux, ayez une vie politique. C’est en faisant groupe qu’on est fort, et notamment le premier peut aussi vous aider niveau de votre boulot.

Nous avons gagné un répit, mais il ne faut rien lâcher.