SteamPlay supporte maintenant en Beta des jeux Windows sous Linux

Rédigé par Kazhnuz -

Malgré les faibles pourcentages d'utilisateurs Linux de Steam, Valve n'abandonne pas le travail sur le support de cette plateforme. Entre le travail qui continue sur SteamOS et des réflexions sur l'utilisation de [flatpak], c'est aujourd'hui une toute nouvelle version du SteamPlay - la possibilité d'acheter un jeu et de l'avoir accessible sur toutes les plateformes - qui est arrivée. Et au programme ? Un support des jeux Windows sous Linux (mais pas Mac OSX, étrangement) à l'aide d'une plateforme basée sur Wine nommée "Proton" (qui est pleinement open-source).

( Ne vous inquiétez pas, cela n'utilise pas electron, ahah )

Cette plateforme en béta offre alors les fonctionnalités suivantes :

  • Tous les jeux Windows sans version Linux peuvent être installés et lancés depuis le client Linux, avec support de SteamWorks et OpenVR. C'est particulièrement pratique, puisqu'avant utiliser Steam avec Wine demandait d'installer la version Linux et Windows de Wine.

  • Une implémentation de DX11 et 12 passant à travers Vulkan, offrant une meilleure compatibilité et de meilleures performances, grâce aux technologies DXVK et VK3D

  • Amélioration du support du plein écran : les jeux plein écran vont être étendu sans toucher à la résolution d'écran ou demander d'utiliser un bureau virtuel. Toute personne ayant subit le gag du "l'écran ne se remet pas à sa résolution native après avoir joué à un jeu en 480p" doit pousser maintenant des soupirs de soulagement.

  • Amélioration du support des manettes : les jeux vont maintenant reconnaître toutes les manettes supportées par Steam. On peut s'attendre à une meilleurs compatibilité manette que même les jeux originaux.

  • Grandes améliorations des performances pour les jeux multi-thread par rapport à un Wine normal.

En bref, nous pouvons voir de solides améliorations par rapport à un Wine "classique". Ce que je trouve intéressant c'est que ces améliorations vont du boulot lourd pour améliorer la compatibilité (comme le support DX11 et DX12) à des améliorations "quality of life" tel que le meilleur support manette ou le support du plein écran. Le support manette est sans doute une bonne nouvelle aussi pour SteamOS si Valve compte continuer ses ambitions sur consoles de salon.

Le support est pour l'instant officiel et activé par défaut que pour un nombre de titres limités, mais vous pouvez activer le support pour tous les titres Windows de votre librairie, aidant ainsi la communauté Steam à savoir quels titres sont compatibles et quels titres ne le sont pas. Au fur et à mesure des tests de Valve, d'autres jeux seront whitelisté et recevront le support Linux via Proton.

Si l'annonce du support de Steam sous Linux a été un grand bond en avant dans le gaming sous Linux, cette plateforme va rendre de nombreux jeux accessibles aux joueurs sous Linux (et pour ma part, je compte bien jouer à quelques Sonic tels que Mania ou Adventure 2 sur mon système d'exploitation préférée dès que ce sera possible). Valve comptant publier les patches dans Wine lui-même, certaines améliorations vont profiter à tout les utilisateurs de Wine.

Cependant, on peut toujours se poser la même question : est-ce que cette plateforme ne va pas démotiver les créateurs à avoir un véritable support Linux ? En effet, cela va faire que pour accéder à Linux, dans certains cas une version Windows suffira. Or, une version native Linux est plus efficace, n'ayant pas à passer par toute une plateforme de compatibilité (avec toujours des risques de bugs). On peut espérer que les avantages à supporter une version native vont rester un moteur pour les développeurs voulant voir tourner leurs logiciels sous Linux.

En tout cas, je m'en vais activer cette fonctionnalité pour l'essayer.

Aucun commentaire - Classé dans : Logiciels Libres - Mots clés : Linux, Steam, Gaming

Linux Mint présente les X-Apps

Rédigé par Kazhnuz -

Un des soucis avec les environnements de bureaux basé sur Gnome, mais voulant avoir un style plus "traditionnel" à souvent résidé dans la question des "headerbar" et des nouvelles Human Interface Guidelines du projet.

En effet, cette bar fusionnant la barre d'outil et la barre de titre possède un style bien particulier, qui tranche radicalement avec le look traditionnel des applications, ayant une barre de titre, une de menu et une barre d'outil. Ces applications sont parfois aussi vues comme n'affichant pas assez les différentes options que permet le logiciel, voir en retirant de temps en temps. De même, avec les temps, les applications ont eut leur style de plus en plus intégré aux idées de Gnome-Shell, pouvant sembler "alien" dans d'autres environnements

La solution trouvé par Ubuntu a été de patcher ces applications, dans le but de maintenir une barre de titre. Cependant, ces patch provoquent parfois des éléments bizarre, comme la présence d'une barre de titre et d'une headerbar. De plus, les autres éléments des Human Interface Guidelines de Gnome, comme l'aspect plutot minimaliste, restent souvent là. Jusqu'à sa version 17, Linux Mint utilisaient ces applications, ou parfois de vieilles versions des applications Gnome (par exemple, gedit était toujours downgradé à la version 2.30). Maintenir des patchs temporaires était donc couteux en temps et en moyens, et les applications devaient soit être à nouveau, soit être gardé à des versions antérieur sans vraiment pouvoir évoluer.

Pour finir, ces applications provoquaient donc des dépendances à des éléments de Gnome, et utiliser celles du projet Mate, provoqueraient des dépendances à des éléments de Mate-Desktop.

La solution réside alors donc dans la création des X-Apps, des forks des applications Gnome ou Mate, dont le but est de créé des applications génériques en GTK3, n'étant lié à aucun environnement de bureau. Ils trouvaient que créer des "Applications Cinnamon" n'auraient aucun sens, d'autant plus que du coup la question se pose pour différents environnement de bureaux (Cinnamon, Mate et XFCE principalement). Elle peuvent donc du coup être utilisé dans tous ces environnements de bureau, notamment pour Linux Mint qui peut décider de les déployer à travers ses différentes saveurs, ce qui permet d'avoir les mêmes applications, quel que soit son environnement de bureau. Elles auront également des noms génériques, comme "éditeur de texte".

Deux X-Apps ont été révélée : Xedit, basé sur Pluma, la version MATE de Gedit et Xplayer, basé sur Totem 3.10.

On peut notamment deviner l'intéret que cela pourrait avoir pour des distributions comme Xubuntu, et pour tout ceux qui veulent utiliser des applications GTK avec un style "traditionnel".

Un autre grand aventage sera pour ceux appréciant le look natif des applications Gnome tout en voulant un bureau linux aussi customisable que Cinnamon, qui pourront alors utiliser les applications Gnome non-patché, même si cela se verra sans doute bien plus sous LMDE, qui ne contiendra donc sans doute pas les applications Gnome patchée par Canonical. C'est donc un choix que je vais suivre avec intéret, et je me demande ce que Mate va faire à propos de cela.

Cependant, je me demande si le défaut de la présence de dépendance à MATE est aussi fort qu'il est dit. Je pense que ce serait dans l'intéret de tout le monde que XFCE, Cinnamon et Mate travaillent en commun sur un projet d'applications en GTK3. Une telle coopération ferait du bien aux trois environnements, à mon humble avis. Source : Le blog de Linux Mint

Aucun commentaire - Classé dans : Logiciels Libres - Mots clés : Linux Mint, Linux, GTK, Applications, XFCE, Mate-Desktop, Cinnamon