Ubuntu 17.10 et GNOME

Rédigé par Kazhnuz -

Comme vous le savez, Ubuntu a décidé de repasser sous GNOME-Shell pour son interface principale. Cependant, les détails n'étaient lors de l'annonce pas connu, et assez contradictoire entre eux. D'un côté certains pensaient qu'on aurait un GNOME Vanilla, et d'autres espéraient qu'on aurait un clone 1:1 d'Unity utilisant le moteur de Gnome-Shell. Aujourd'hui, le gel de l'ajout de nouvelle fonctionnalité est passé, et de ce fait, on a une vision plus claire de ce à quoi pourra ressembler le futur GNOMEsque de Ubuntu.

Avant de véritablement donner la liste des différences et des nouveautés, je vais commencé par parler de la manière dont la transition a été faite. Le travail sur la session Ubuntu a été réalisé en concertation avec la communauté GNOME, en particulier par des discussions sur quelle était la meilleur marche à suivre pour créer une expérience Ubuntu (notamment à la GUADEC). Des développeurs Ubuntu sont également devenus membres de la fondations GNOME (et ont notamment leurs blogs désormais actifs sur Planet GNOME).

Au niveau technique, le choix s'est porté sur une manière de faire similaire à la session GNOME Classic. En plus des deux sessions connus de GNOME Shell (GNOME et Classic), une troisième session a été ajoutée dans Ubuntu : la session Ubuntu (jusque là, tout semble logique). Cela permettra d'avoir toutes les modifications spécifiques à Ubuntu dans une session à part, sans avoir à modifier la session GNOME. Cela veut dire que toutes les modifications faites par Canonical et l'équipe bureau d'Ubuntu peuvent être contournée par la simple installation de la session GNOME ( sudo apt install gnome-session ). Ensuite, les modifications ont été implémenté par :

  • Des patchs au niveau de la distribution (le theme GDM différent)

  • Des paramètres différents (les boutons de fenêtres, par exemple)

  • Des patchs actifs que dans la session Ubuntu (le theme Ubuntu, par exemple)

  • Des extensions activés par défaut dans la session Ubuntu.

Au niveau de la version de GNOME, Ubuntu 17.10 utilisera la version la plus récente de GNOME : GNOME 3.26. Cela permettra aux utilisateurs d'accéder aux toutes dernières nouveautés de cette version. Les contributions venant d'Ubuntu dans GNOME ont également augmentées, avec par exemple le travail de Marco Travisan sur le support des écrans à haute densité de pixel dans GNOME et le fait que ce soit désormais Jeremy Bicha qui maintient GNOME Tweaks. Il y a d'autres exemples de patchs fait par des développeurs employés par Canonical et/ou membre de la communauté Ubuntu, mais mon but n'est pas de faire une liste.

L'interface globale : ça ressemble à Unity, mais en différent.

Lorsque l'on voit l'interface globale de Ubuntu 17.10, on remarque une première chose : la présence de l'interface avec une barre horizontale en haut de l'écran, et une dock vertical à droite. Les deux principales différences à première vue avec GNOME sont donc ce dock et l'intégration des icones de status (via le protocole appindicator) sur la barre horizontale.

Ubuntu 17.10

Note : image piquée à Didier Roche, je suis sur mon netbook et ne peux donc pas prendre de screenshot d'Ubuntu 17.10

Cependant, dès qu'on y regarde de plus près, les différences avec Unity commencent à apparaître, et elle sont nombreuses. Le theme utilisé est toujours Ambiance, et des modifications ont été faites au theme GNOME Shell et au theme GDM afin de créer des couleurs plus proche de celle de la marque Ubuntu.

L'apparence basique est donc retenue, mais le bureau Ubuntu reste fidèle au mode de fonctionnement de GNOME.

Sur la barre verticale, le calendrier et les notifications sont désormais centrées, et le menu global est remplacé par deux boutons : le bouton "Activité" de GNOME (on en reparlera après) et un menu d'application réduit, destinée à affiché les fonctionnalités globale de l'application. Le HUD (qui permettait de chercher rapidement une fonction dans une application en appuyant sur alt) n'est également plus présent.

Sur le dock, les barre de progressions et les badges qui indiquaient les nouveaux messages ne sont plus présent, mais il est prévu de les faire revenir. La poubelle ne se trouve plus sur le dock, et tout en bas du dock se trouve l'accès aux applications supplémentaires.

Le Dash (menu principal) est donc remplacé par deux menus différents : celui des applications, et celui. Dans les deux, on peut trouver l'accès à la recherche des applications, et également à des moteurs de recherches internes fournis par les applications, qui permettent de chercher les fichiers, etc. Contrairement à GNOME cependant, le coin actif qui active la vue d'ensemble des fenêtres est désactivé, pour éviter que les utilisateurs l'active par accident. Le bouton super fonctionnera toujours pour l'activer.

Au niveau des fenêtres, elles utilisent désormais des barre d'entête (headerbar), les barre d'outil fusionnée à une barre de titre de GNOME. Les boutons de fenêtre se trouve sur la droite (pour minimiser les différences avec GNOME) et contiennent les boutons minimiser et maximiser (qui sont plus logique puisqu'il y a un dock).

Il y a également d'autres différences, mais j'ai marqué ici ce qui semble être pour moi les plus marquante.

Le choix qui fache : pourquoi forker DtD ?

(et l'application pour les appindicator)

J'ai souvent vu des personnes sur les flux de commentaires qui s'interrogent sur les choix de Canonical au niveau des extensions. En effet, au lieu d'installer directement dash-to-dock et l'extension appindicator, ils ont procédés à des forks léger de ces extensions. Qu'est-ce que cela signifie ? Cela signifie que leur fork sont situés dans des branches spécifiques des extensions cités plus haut, avec notamment des identifiants différents (ubuntu-dock et ubuntu-appindicator).

De nombreuses personnes se demandent pourquoi. Est-ce encore un syndrome de Not Invented Here ? Ne serait-ce pas plus simple d'utiliser l'extension Dash-to-Dock ? Pourquoi moi, utilisateur avancé, voudrais-je utilisé Ubuntu-Dock qui à un accès moins facile à la customisation ?

Je vais commencer par la dernière, en reprenant un commentaire que j'avais fait à l'époque sur OMGUbuntu (parce que je suis flemmard). En effet, la première chose à comprendre sur Ubuntu-Dock est ce qu'il est, où plutôt ce qu'il n'est pas : Ubuntu-Dock n'est pas un « meilleurs dock » que Dash-to-Dock. Ce fork n'a pas été fait parce que d-t-d n'aurait pas été assez bien pour Ubuntu. Au contraire, ils l'ont choisi et l'on forké parce qu'il était parfait. Ce dock n'a pas pour but de vous donner envie de remplacer Dash-to-Dock, qui sera toujours le dock « supérieur » avec plus de fonctionnalité. Il y aura très certainement des tas de tutoriel vous disant comment remplacer Ubuntu-Dock par Dash-to-Dock… et ce sera même super simple puisqu'il est prévu que Ubuntu-Dock s'auto-desactive quand Dash-to-Dock est actif ! Et à la moindre nouvelle fonctionnalité désirée par Ubuntu, il vont ajouté la fonctionnalité à d-t-d. La preuve dans le lien que j'ai cité plus haut.

Le but d'Ubuntu-Dock est simple : c'est d'être le dock par défaut de l'expérience par défaut d'Ubuntu. Voilà.

Mais vous me direz, alors pourquoi forker ? C'est expliqué dans l'article de Didier Roche qui parle du Dock. Le dock par défaut d'Ubuntu fait partie des paquets par défaut du system d'exploitation. C'est un composant du système, qui doit donc passé par des tests d'assurence de qualité pour être sur que tout marche bien. Hors, il est possible de mettre les extensions GNOME à jours depuis le dépots d'extension. Ces nouvelles versions s'installent donc dans votre dossier utilisateur, et ont la prioriété sur celles installées par défaut. S'ils n'avaient pas fait ce light-fork (pareil pour celui pour les indicateurs), un composant du système d'Ubuntu pourrait avoir des mises à jours qui ne passe pas par les protocoles pour s'assurer de la qualité des paquets.

Ubuntu étant un projet commercial avec des millions d'utilisateurs dans le monde et un bug étant si vite arrivé dans une mise à jour, c'est donc un choix tout a fait logique et pertinent.

Ma conclusion

Quand Unity a été abandonné, j'admet que j'ai été triste. Non pas tellement pour Unity 7 en lui même (il était condamné à terme), mais pour Unity 8 et les téléphones Ubuntu. Cependant, je dois dire une chose : je suis pour l'instant très content avec le travail fait par les équipes de Canonical sur le sujet. Ils ont collaboré avec les projets upstreams (que ce soit GNOME où même les extensions). Là, récemment, j'ai découvert qu'ils avaient travaillé avec les équipes d'engagement de GNOME sur le sujet de la documentation pour le passage de Unity à GNOME.

Certes, je ne dis pas que c'est sans défaut : Le fait de ne pas avoir le coin actif activé par défaut fait que cela rend impossible de déplacer un élément en drag-and-drop vers une application sur un autre espace de travail. Je suis également en désaccord avec certains choix de Canonical, tel que de ne pas activer Tracker par défaut (j'estime que c'est un outil vraiment utile qui accélère les recherches). Et j'aimerais bien qu'Ubuntu 18.04 utilise un theme plus moderne inspirée de Unity8, comme le theme GTK United et le theme d'icone Suru.

Cependant, pour une transition dont la décision n'a été prise qu'en Avril dernier, je trouve que le chemin parcouru est vraiment pas mal, et que la collaboration avec les projets du libre (un point que l'on a toujours reproché à Canonical) est vraiment bonne.

Aucun commentaire - Classé dans : Logiciels Libres - Mots clés : Ubuntu, GNOME

Souvenirs linuxiens

Rédigé par Kazhnuz -

Aujourd'hui, Linux à 26 ans. Je fais donc un petit article où je parle de l'évolution de mon utilisation de Linux :D

En fait, parler de ma "découverte de Linux" est compliqué : j'ai toujours connu l'existence de Linux : Mon père était utilisateur de logiciel libre, et membre du groupe d'utilisateur de Linux de ma ville - je me souviens qu'il m'y emmenait quand j'étais petit. Il utilisait SuSE globalement, même si je me souviens d'avoir trouvé des CD Red Hat et Ubuntu en rangeant des cartons xD Je me souviens l'avoir vu utiliser plusieurs bureau, dont je pense Window Maker. Je crois ausis l'aovir vu utiliser du GNOME 1, et je suis certain pour du GNOME 2.

Window Maker

Window Maker. Je me souviens particulièrement bien de l'icone avec le truc noir et blanc, je crois que c'était l'icone qui m'intriguait le plus :')

Pour ma part, j'ai commencé à l'utiliser en 2008, j'avais 14~15. Il s'agissait très certainement d'un Ubuntu 7.10 ou 8.04. Je saurais pas dire par contre exactement lequel des deux c'était, vu que ça dépend de quand je l'avais installé. J'avais pas fait de partionnage de mes disques et tout, j'avais utilisé un utilitaire pour cela : Wubi. Cela permettait d'installer Ubuntu à côté de Windows, sans avoir à partitionner son disque. J'ai eut au départ pas mal de soucis de carte WiFi, qui m'ont fait arrêter de l'utiliser la première fois.

J'ai retenté tout au long de mon année de troisième et durant le lycée, cette fois en utilisant le tutoriel du Site du Zero (aujourd'hui OpenClassroom), notamment pour les partitions. Parmi les éléments que j'ai rapidement aimé dans Ubuntu, ce sont les dépots de logiciel. Je pouvais installer pleins de logiciels depuis ma distribution, youhou ! Cependant, à chaque fois, je le lançais surtout une ou deux fois, sans vraiment l'utiliser. Je faisait un peu de Super Tux dessus, mais je revenais souvent à Windows.

Un autre élément que j'ai adoré rapidement (et que j'apprécie encore), c'était le fait de pouvoir télécharger et utiliser des thèmes, sans avoir à patcher des fichiers comme sous Windows. J'adorais déjà sous Windows XP modifier le thème de mon ordinateur (pareil pour les themes Winamp et autres trucs du genre), mais sous Linux c'était tout un nouvel univers de thèmes et d'icones customs qui s'offrait à moi !

Ubuntu à l'époque

À un moment pendant mon lycée (je pense alors que j'étais en première, peut-être avant, durant les vacances), mon père m'a installé sur un disque-dur externe OpenSuse, me permettant de me lancer plus profondément dans Linux. Je me souviens notamment que c'est sur cette machine que j'ai écrit les premiers chapitres de ma première tentative de saga, 3E8. À l'époque, le premier chapitre devait utiliser comme protagoniste Anaku, qui travaillait comme serviteur dans une therme (une idée que je vais reprendre dans Galdr). J'avais commencé à écrire ce chapitre en revenant d'un voyage à Rome, durant l'année scolaire 2009~2010. D'ailleurs, j'avais perdu ses chapitre et ne les ai retrouvé qu'en même temps que mon disque-dur externe récemment, ce qui avait lancé la réécriture du chapitre 1 d'une manière différente.

Ce que j'aimais bien avec cet OpenSUSE, c'était que j'avais plus de connaissance et moins de reticence à tenter de le découvrir en profondeur. J'ai commencé à l'époque à faire un peu de ligne de commande. Et évidemment, j'avais adoré choisir mon theme :D Pour vous donnez une idée de à quoi ressemblait mon bureau à l'époque, voilà (c'est pas une screen d'époque, c'est une reconstruction dans une machine virtuelle en réutilisant les mêmes themes et fond d'écran).

Ce à quoi ressemblait mon opensuse

Thème (gtk2 et metacity) : Crux. Theme d'icone : GNOME. Le fond d'écran est un vieux fond d'écran triskel que j'avais trouvé et recoloré sous GIMP.

Ensuite, j'ai perdu lors de mon déménagement en 2011 le disque dur avec mon opensuse dessus, et j'ai pas réutilisé Linux avant la fin de ma licence 2 en 2013, ou j'ai installé sur mon PC portable un Linux Mint sous Cinnamon. À noter qu'avant, j'utilisais plus windows mais MacOS pendant un temps, sur un PC parce que niklapoliss. Je suis passé ensuite de version de Linux en version de Linux, ayant essayé des dérivés d'Ubuntu et différents bureaux (et pas mal d'entre eux, j'ai essayé Cinnamon, Mate, XFCE, KDE, et bien d'autres…).

En plus de la possibilité de pouvoir changer de theme, c'était le fait de pouvoir changer de bureau entier qui s'ouvrait à moi xD Après, cela avait aussi un défaut : je passais mon temps à faire ce qu'on appelle du distro-hopping, c'est à dire que je changeais de distribution Linux tout les 2 à 3 mois.

À l'époque, je n'étais pas trop fan de GNOME et Unity, n'aimant pas leur expérience utilisateur qui sortait de celle "windows-like" qu'offraient les autres environnements de bureau, je faisais notamment partie de ceux qui estimaient que GNOME était "trop différent". J'estimais que les interfaces traditionnelles étaient plus adaptés aux besoins des utilisateurs, à la fois des utilisateurs avancés (parce que plus simple à customiser) et à celles des utilisateurs novices (parce que plus reconnaissable). J'ai maintenant un avis un peu différent sur le sujet.

C'est également vers cette époque que j'ai commencé à arrêter d'utiliser Windows, pour utiliser uniquement Linux que ce soit pour le travail où pour jouer. J'ai également petit à petit commencé à utiliser Linux pour d'autre utilisations : Sur mon serveur et sur des Raspberry Pi pour me construire des petite consoles à émulation avec Lakka.tv.

J'ai ici une petite screenshot de mon bureau en 2014, sous XFCE :

Mon bureau en 2014, sous XFCE

Xubuntu 14.04 avec le thème Numix et les icones Numix-Circle, les barres du bureau modifié pour rappeller à la fois Gnome 2 (avec une barre en haut et une en bas) et Unity (avec les launcheur dans la barre sur le côté, cette barre se cachant quand la souris n'est pas dessus). Le thème conky est le theme seasheel ou un truc du genre, présent par défaut dans le logiciel Conky Manager, et le theme Audacity est le thème par défaut.

Cependant, j'ai décidé un jour de tester si GNOME était aussi horrible que cela à l'utilisation, et j'ai installé Ubuntu GNOME sur mon PC, il y a environ deux ans. Depuis, j'ai quasiment uniquement utilisé GNOME, que ce soit sous Ubuntu GNOME ou sous Fedora. J'ai rapidement aimé ses concepts (minimalisme des interfaces mais avec un système d'extension puissant).

Mon bureau aujourd'hui

Ubuntu GNOME 17.04 sous GNOME 3.24. Les theme d'icone, du shell et des application sont Pop par System76, et le fond d'écran vient de Freedom Planet

Aujourd'hui, j'utilise plus qu'Ubuntu GNOME, et bientôt je passerais sous Ubuntu puisqu'Ubuntu va désormais utiliser GNOME Shell comme bureau principal. Ce mouvement vers Linux s'est accompagné d'un mouvement plus global de passage au logiciel libre chez moi, en particulier à partir des leaks du projet PRISM et du début de mon questionnement personnel sur le modèle économique basé sur la publicité : J'ai désactivé les appli Android de mon smartphone, et j'ai commencé à utiliser des logiciels différents pour les services en ligne, etc.

Cependant, même si ça s'accompagne dans un mouvement de choix de vie, je n'ai pas envie de faire de "l'évangélisme" où d'autres trucs du genre. Déjà, jouer aux témoins de Jehova avec "avez vous entendu parler de Linux" ça m'intéresse pas, ensuite j'estime que les gens sont assez grand⋅e⋅s pour faire ce qu'iel veulent. (et puis ayant beaucoup d'amis travaillant dans l'art ou produisant de l'art à titre de loisir, je sais qu'il y a certaine utilisation où ces pas possible).

Y'a aussi un peu de flemme, pour être tout à fait honnête.

Pour moi, Linux est passé de ce système d'exploitation différent que mon père utilisait sur son PC, et qui m'intrigait énormément quand j'étais petit, à un élément de ma vie quotidienne. Pareil pour le logiciel libre, Richard Stallman, etc. Avant, pour moi tout cela faisait partie "des trucs compliqué d'adulte" dont mon père parlait. Avant, c'était quelque chose de mystérieux, que j'avais envie de découvrir. D'une certaine manière, c'est presque dommage que ce soit devenu aussi quotidien : une certaine forme de magie a disparu.

Peut-être qu'un jour, quand je parlerais de tout ça, cela semblerait être des trucs compliqué d'adulte à un enfant, qui sera curieux et voudra en découvrir plus ?

Aucun commentaire - Classé dans : Logiciels Libres - Mots clés : aucun

Quelques informations supplémentaires sur le futur du bureau Ubuntu

Rédigé par Kazhnuz -

Suite à son annonce choc sur le retour d'Ubuntu vers GNOME pour la version 18.04, le fondateur de Canonical a posté un message sur Google+ où il a répondu (notamment en commentaire) à des questions sur le futur de bureau Ubuntu. Il faut savoir que ces informations restent incomplètes, et qu'il se peut également que les choses changent avec le temps. Yep, c'est une reprise et traduction d'un commentaire que j'ai fait sur OMGUbuntu, je me suis dit que ce serait aussi utile de le publier ici :)

Son but est de rapidement se déplacer vers un modèle ou les ressources de Canonicals seront utilisée pour supporter la communauté Ubuntu-GNOME, dans le but de se concentrer sur la stabilité, les mises à jours, l'integration et l'experience, dans le but de fournir un fantastique bureau GNOME. Ce ne sera pas sûrement pas une expérience Unity-like mais un bureau assez "Vanilla" (sans doute pas à 100%, mais en grande partie), puisqu'il parle de fournir GNOME "de la manière dont GNOME veut qu'il soit fourni. Personellement, je trouve ça dommage, mais bon... Aucun mot sur le theme Ambiance et tout, j'espère quand même qu'il va pas abandonner l'idée d'avoir un theme propre à Ubuntu :/

Il y aura encore une équipe dédié au bureau Ubuntu, qui va donc plus se concentrer sur le fait de fournir un bureau de haute qualité pour tous. Cependant, ce travail sera plus du côté downstream (un peu comme à l'époque pré-Unity, en fait), puisque leur véritable focus est sur l'expérience utilisateur, ce qui veut dire que les choses doivent être bien faites au niveau de la distro, puisque c'est ce que les utilisateurs touchent.

Il dit également que la communauté GNOME sera fière d'à quel point GNOME sera bien dans Ubuntu, et qu'il espère que GNOME sera plus ouvert aux idées d'Unity. Je pense que l'apport d'utilisateur va sans doute affecter ça, pour ma part, parce que ça va sans doute augmenter le nombre de developpers pour GNOME, ou pour les extensions. En tout cas, je pense que ça va largement influencer le nombre d'application tièrce pour GNOME, puisque respecter les HIG de GNOME, ce sera s'assurer que l'application s'intègre bien dans Ubuntu, la plus grosse distribution Linux.

Snap n'est pas abandonné, et restera un projet important. Il vise un support de plusieurs distributions et une intégration aux différents bureaux Linux. Perso, je pense qu'à terme, s'ils n'adoptent pas Flatpak ne serait-ce qu'en partie, l'équipe Ubuntu GNOME participera à rendre disponible les logiciels GNOME sous Snap.

La raison de Unity a été expliqué : Il a tenté de présenter son idée à KDE et GNOME, et les deux ont refusé. GNOME, c'était un petit côté "mais pourquoi il vient nous dire ce qu'on doit faire alors qu'il contribue pas ?!" (même si après ils ont aussi refusé des patches). KDE, il dit que ce serait plus lié au caractère du leader du projet, qui s'est sentit menacé. Il a également développé un point très importante dans un autre commentaire : La tendance qu'il y a avec certaines personnes dans la communauté du libre, de détester tout ce qui est mainstream. Et je l'écrit ici, parce que je pense qu'il tient un point très important, même si ce n'est pas que dans la commu du libre, mais par exemple aussi dans beaucoup de communauté lié au jeux-vidéo et au numérique (et aussi à la culture) en règle général.

Plus d'information nous seront sans doute également données plus tard, puisqu'une annonce sera faite avant la fin de la semaine prochaine par l'équipe d'Ubuntu GNOME quant au futur de la distribution.

1 commentaire - Classé dans : Logiciels Libres - Mots clés : aucun

Ubuntu 18.04 et GNOME

Rédigé par Kazhnuz -

Cela ne choquera personne qui a lu mon blog d'apprendre que je suis un grand fan de l'environnement de bureau GNOME. Je le trouve élégant et simple d'utilisation, j'aime beaucoup son style et ses extensions. Du coup, j'aime beaucoup voir l'évolution de ce bureau, qui n'est certes pas des plus rapide, mais qui l'est assez pour me donner envie d'essayer tous les six mois la dernière version :) Je suis même allé jusqu'à utiliser Fedora pour profiter de la dernière version de GNOME + quelques petites fonctionnalités pratiques, même si j'hésite à revenir sous Ubuntu GNOME pour tester leur support de GNOME 3.24. Bref, je suis un grand fan de GNOME

Cependant, à la nouvelle de la fin du projet Unity 8 et du retour sous GNOME d'Ubuntu à partir de la version LTS 18.04 du projet, j'ai été un peu triste. Le projet Ubuntu Phone me laisse un espoir d'un vrai téléphone libre sans Google, là ou Tizen à un SDK propriétaire et Sailfish OS une UI propriétaire. Du coup, j'attendais les Ubuntu Phone avec beaucoup d'impatience… Du coup, il me reste uniquement Lineage OS ? :/ Idem pour Unity 8, qui présentait des propositions intéressantes sur comment créer un bureau convergeant. La perte du projet de convergeance et de téléphone est pour moi une grosse perte, notamment parce que ça renforce le risque d'une absence d'alternative face au géants Google et Apple.

Bref, j'ai été assez surpris et attristé par cette nouvelle. Cependant, je pense que comme ce qui est fait est fait, je préfère me poser des questions sur l'avenir. Le choix de GNOME est logique, comme le dit très bien Okki sur GNOME Libre. J'attends de voir ce que va être le nouveau bureau Ubuntu. Et pour l'instant, nous ne savons rien du futur du bureau Ubuntu GNOME-isé. Enormément de questions se posent encore, et j'attend de voir ce que ça va être.

Premièrement, quelle sera la nouvelle équipe desktop d'Ubuntu ? On peut être certain qu'elle sera bien plus petite que l'équipe travaillant à l'heure actuelle sur Unity 8. Ce que j'espère, c'est que l'équipe desktop, même réduite à quelque personne, soit composée de passionnée travaillant avec la Communauté Ubuntu et celle GNOME afin de réaliser la meilleur expérience possible pour le nouveau bureau Ubuntu+GNOME. Qu'il y aura une collaboration entre les deux projets. Cela ne me semble pas totalement irréalisable, puisque la collaboration semble avoir été bien plus simple (notamment autour de snaps dans GNOME Software, et de Mir dans GTK/GDK). Bref, la situation à beaucoup changé depuis les débuts de GNOME Shell et Unity 7. Mark Shuttleworth a dit que leur but restait de fournir « la meilleurs expérience de bureau Linux qui existe ». J'espère qu'il dit vrai, et que même si ce ne sera pas leur premier focus, ce sera un de leur buts importants.

Ce qui me plairait énormément, ce serait qu'ils embauchent quelques devs qui travaillent sur des applications GNOME, comme fait notamment Endless, notamment pour les applications importantes comme Disks. Comme GNOME manque de developpers pour maintenir certaines applications, cela pourrait devenir une aide bienvenue.

Ma seconde question repose sur les applications, qui actuellement sont patchées pour supporter le style requis par Unity 7. Une utilisation de GNOME pourrait laisser supposer qu'ils vont abandonner ces patchs, qui étaient fait surtout pour l'expérience d'Unity. Par exemple, ils pensaient à activer Trackers dans la version Unity de Nautilus, on peut supposer avec une utilisation de GNOME, ils vont utiliser tracker aussi. Cela ferait du sens s'ils décidaient de déplacer les ressources utilisées à patcher les applications GNOME vers d'autres projets. De plus, je me demande ce que ça va faire sur les applications GTK d'Ubuntu à proprement parler (ubiquity, software-sources…). Est-ce qu'ils vont les "GNOME"iser afin de convenir avec les applications GNOME ? Ce serait pas un travail si énorme, puisque les applis utilisent déjà GTK, je suppose… Il me semble d'ailleurs que Déjà-Dup utilise des CSD sous GNOME.

Je suis également très intéressé sur les conséquences d'une telle chose pour les applications third-party. En effet, si Ubuntu, le bureau Linux le plus important utiliser des CSD, est-ce que ça va pas augmenter l'envie pour les applications d'en utiliser pour être intégré à Ubuntu ? Par exemple, Firefox veut déjà supporter les CSD et les headerbar, mais l'aspect "ça va mieux s'intégrer à Ubuntu" va rajouter de l'importance à ça.

Ma dernière question majeure sur le futur du bureau Ubuntu : Est-ce que ce sera un GNOME Vanilla, un GNOME avec des modifications comme l'était le GNOME de Ubuntu avant Unity, où un bureau ayant le look d'Unity basé sur GNOME-Shell géré à l'aide d'extensions ? Les trois me semblent possible. Notamment le dernier, puisque Endless et ZorinOS ont leur propre apparence, tout en utilisant GNOME, et Zorin OS à surement bien moins de ressource que Canonical. Et si ce nouveau shell existe, est ce qu'il supportera les fonctionnalités d'Unity, tel que le HUD, les appindicator... Les lens pourraient être retravaillé en partie comme des fournisseurs de résultats pour la recherche intégrée de GNOME. Cependant, s'ils ne mettent que peu de ressource, j'ai peur qu'Ubuntu ne soit qu'une enième distribution Linux…

J'ai envie de voir tout ceci comme une nouvelle aventure. Sans doute pas "la grande nouvelle aventure de Canonical", mais une aventure d'une équipe de devs dédiés, venant d'ubuntu et de la communauté, qui vont tenter de construire à partir de ces nouvelles fondations un grand futur pour les utilisateurs de GNOME et d'Ubuntu

Aucun commentaire - Classé dans : Logiciels Libres - Mots clés : aucun

Un premier mockup d'un redesign de Firefox pour la version 57

Rédigé par Kazhnuz -

Il semblerait qu'avec Firefox 57, Mozilla veuille essayer de faire une grande étape dans l'évolution de son navigateur web. On avait déjà entendu parler du projet Quantum, qui vise à intégrer des éléments venant de Servo dans le moteur Gecko, afin de l'améliorer, et de profiter notamment des possibilités de parralélisation que le langage de programmation Rust, dans lequel est écrit Servo, offre. Il semblerait que Mozilla désire commencer à intégrer les premiers éléments de Quantum dans la version 57 de son navigateur.

À côté de cela, un projet de raffraichissement du design du navigateur web semble également lancé, et nous avons un premier mock-up ici. Attention, le design présenté ici est un mockup, et sera peut-être - et surement - sujet à des changements ! :) Et s'il y a d'autres mockup proposé dans les temps qui viennent, j'essairais de les montrer afin qu'on voit l'évolution du projet.

Un mockup proposé pour le redesign de Firefox

Parmi les choses que l'on peut remarqué, il y a l'utilisation d'onglets rectangulaires en remplacement de ceux arrondis d'Australis. Au niveau de la barre principale, on peut remarquer la présence d'une icone pour l'outil de screenshot de Firefox présent en Test Pilot, et de deux autres icones inconnues. Le premier ressemble à une bibliothèque, ce qui pourrait laisser supposer quelque chose de proche de la barre de favori, peut-être mélangeant le projet ActivityStream, et le second est un livre, ce qui laisse penser au mode lecture de Firefox, qui consiste en l'utilisation d'un style épuré ne gardant que le texte d'un article. De l'autre côté, le bouton "home" semble de retour, ainsi qu'un bouton de rechargement qui n'est plus intégrer à la barre d'adresse.

J'avoue que pour ma part, j'espère que sera activée en même temps l'utilisation sous GTK3 des décoration côté client sous GTK3.20+, ce qui permettrait d'avoir une headerbar sous Gnome :) Cela permettrait au navigateur d'économiser de l'espace vertical, et d'avoir les boutons de fenêtre intégrés à la barre d'onglet sous tout les systèmes d'exploitation !

Source : Ghacks

Aucun commentaire - Classé dans : Logiciels Libres - Mots clés : aucun